A PAREID, le 13 février 2012,>?xml:namespace prefix =" ""o" ns =" ""urn:schemas-microsoft-com:office:office" />

 

>?xml:namespace prefix =" ""v" ns =" ""urn:schemas-microsoft-com:vml" />Jusque là satisfaits du système de santé de leur pays, considéré comme l’un des plus performants, les français étaient peu intéressés par le tourisme médical.  Mais la situation a aujourd’hui évolué. Le phénomène a commencé avec la chirurgie esthétique, les patients se sont peu à peu orientés vers les pays du Maghreb où ils pouvaient bénéficier d’opérations à moindre cout, tout en profitant du soleil. Aujourd’hui, la demande a explosé et s’est élargie a bien d’autres domaines comme la chirurgie dentaire mais aussi la fécondation in vitro ou encore l'ophtalmologie.

Désormais, elle concerne aussi les soins plus importants tels que la cardiologie ou la cancérologie qui sont très demandés car ils nécessitent des praticiens de haute qualification maîtrisant les dernières techniques de pointe. Ainsi, les patients se tournent vers les pays plus spécialisés dans le domaine. 65% des Européens se déclarent prêts à se faire soigner à l’étranger pour avoir accès à une technique médicale à forte valeur ajoutée, non disponible dans leur pays d’origine.

 

>?xml:namespace prefix =" ""w" ns =" ""urn:schemas-microsoft-com:office:word" />Le Centre national français des soins à l’étranger recense près de 130000 patients qui se rendraient chaque année à l’étranger pour se faire soigner. Les destinations phares des Français sont la Hongrie pour les dents,  la Turquie et le Maghreb pour l’esthétique sans oublier les géants : la Thaïlande qui attire 400 000 touristes médicaux par an et l’Inde.

Ainsi, plusieurs raisons expliquent cette tendance aux voyages médicaux : La recherche d’une santé solide est une préoccupation majeure pour la population qui augmente et vieillie considérablement alors que le nombre de médecins diminue. De ce fait, les listes d’attente sont parfois longues pour certains soins et les séjours à l’étranger sont une solution pour ces malades. De plus, les pays émergents qui ont une croissance économique forte investissent dans leur système de santé et proposent des hôpitaux bien équipés et ultramodernes.

Toutefois, Sylvain BLONDIN et l’association Big-Bangmettent en garde : Se faire soigner à l’étranger n’est pas sans risque. En effet, le gouvernement français ne peut pas contrôler la qualité des soins pratiqués à l’étranger et s'exonère donc de toute responsabilité. Le ministère de la santé met en garde les patients en soulignant l'absence de garanties proposées par les agences concernant la qualification des médecins, les conditions de la pratique de l'anesthésie ou encore les règles d'hygiène. Parmi les principaux risques, on retrouve les infections  nosocomiales, les maladies telles que le paludisme ou l’hépatite A et les problèmes de cicatrisation causés par une exposition trop rapide au soleil.

 

Sylvain BLONDIN+ 33 (0)3 29 83 20 12

www.medecin-recrutement.com  / info@medecin-recrutement.com

www.asso-big-bang.eu / redac@asso-big-bang.eu