Depuis l’ordonnance BALLEREAU validée            par l’ancienne Ministre de la Santé et des Sports Roselyne BACHELOT en Janvier 2010, l’existence des petites structures de laboratoires est menacée par leur remplacement par des plateformes d’analyses qui concentreraient des grands laboratoires d’analyses médicales et biologiques. D’ici 2016 cette ordonnance sera mise en place et la disparition des laboratoires de proximité sera établie. Tout cela pour faire des  économies en ces temps de crise. Une seule plateforme par département serait mise en place car les laboratoires seront munis de machines plus performantes et l’Etat souhaite également réduire le remboursement des examens sanguins, voilà pourquoi les laboratoires doivent se regrouper.

Cette ordonnance intègre la médicalisation des processus. En effet, la présence des médecins biologistes est obligatoire pour toutes les étapes de l’analyse biologique. De plus, un qualiticien sera responsable de vérifier l’accréditation du laboratoire. Ces deux obligations en plus d’autres normes sont considérées comme excessives par de nombreux biologistes. Voilà pourquoi les laboratoires de proximité ne pourront pas survivre à ces nouvelles dispositions.

Désormais, le directeur d’un laboratoire n’est plus obligé d’être un biologiste mais il peut se faire remplacer par des grands groupes financiers qui peuvent racheter ces laboratoires.

      Les inégalités entre les territoires vont encore plus se creuser. Dans de telles circonstances, les petites structures sont vouées à disparaître.  

Le coût va devenir de plus en plus important et les petits laboratoires de proximité ne peuvent pas l’assumer et n’ont pas une activité minimale à au moins 350 à 400 dossiers de patients/jour mais plus inférieure encore, ce qui n’est pas suffisant pour ne pas disparaître. Par conséquent, les patients devront se déplacer par leurs propres moyens au laboratoire pour une analyse et ils devront également se rendre à un grand plateau technique pour faire des examens moins courants. Il faut penser aux personnes âgées qui n’ont pas la possibilité de se déplacer seuls et qui sont obligés de faire des analyses pour leur santé, aux personnes handicapées qui n’ont pas les moyens d’aller dans une seule plateforme de laboratoires. Toutes ces personnes sont les victimes de cette ordonnance et ce sont elles qui vont payer les frais en plus qu’engendre ce regroupement de laboratoires.

Les infirmières ne seront plus autorisées à faire des prélèvements sanguins sauf si elles ont été formé et agrée par le laboratoire dans lequel le prélèvement est analysé.

75% des laboratoires d’analyses vont disparaître parce que l’Etat leur demande de baisser leur prix. De plus, ils sont soumis à des normes de plus en plus exigeantes ce qui leur coûte de l’argent. Le regroupement est la solution à ces problèmes d’argent mais un échec pour la lutte contre la désertification médicale.

Cette ordonnance est contre la ruralité, elle supprime des emplois et va mener la profession dans une situation de monopole.

Témoignages

Une biologiste d’un petit laboratoire de proximité a déclaré qu’elle avait jusqu’en 2013 pour se mettre à jour dans les nouvelles normes. C’est impossible pour elle, vu le coût que cela représente.

Son laboratoire est donc condamné à disparaître. Elle dit également que le regroupement des laboratoires va favoriser le rachat de ces laboratoires de proximité par les structures financières.

La rentabilisation de l’activité se fera aux dépens des patients car le regroupement des laboratoires traitera plus de 1 000 dossiers par jour et ne pourra pas être à l’écoute du patient. A terme, il n’y aura plus que 1 ou 2 laboratoires par département. L’avenir de la santé se retrouve donc entre les mains des grands groupes financiers.

Association

Sylvain BLONDIN, responsable de l’association BIG-BANG dénonce ces pratiques et apporte des solutions. L’une d’entre elles est l’installation des pôles de santé pour lutter contre la désertification médicale qui est de plus en plus fréquente dans les zones rurales.  Une fois de plus, Sylvain BLONDIN dénonce une médecine à deux vitesses où les plus démunis ne pourront plus se soigner. Comment vont pouvoir se déplacer les patients de nos campagnes pour réaliser une prise de sang ? Et les personnes âgées, celles ayant un handicap ou à mobilité est réduites, ceux qui n’ont pas de moyens de transport habitant dans les campagnes… Comment vont-elles faire pour se rendre au laboratoire ? S’insurgeSylvain BLONDIN

Depuis la validation de cette ordonnance, une pétition, signée par notre association, circule sur Internet pour s’y opposer. Cette pétition est proposée par des biologistes en colère. Au 05 Février 2012, 442 515 signatures ont été récoltées par Internet ou dans les laboratoires directement. Ces biologistes ont crée une charte décrivant leur volonté d’exercer de façon éthique et cela dans l’intérêt du patient.

Vous pourrez trouver l’ouvrage de Sylvain BLONDIN, “Zones rurales à votre santé“  qui sera disponible chez votre libraire fin mai.

Des conférences et débats seront menés sur toute la France, n’hésitez pas à nous contacter si vous désirez organiser un événement dans votre ville.

 

Association Big-Bang

litteraire@asso-big-bang.eu

redac@asso-big-bang.eu

Tel : + 33 (0)3 29 83 82 81